Nature morte troisième partie

Rédigé par ThirionJ - - Aucun commentaire

Travail sur deux plans

Suite et troisième étape sur l'étude d'une nature morte

Suite et troisième étape, travailler sur deux plan

Dans ce 3ème exercice, nous allons placer notre nature morte sur deux plans, et ce afin de lui donner de la profondeur ...

 

Introduction

Suite et troisième étape sur l'étude d'une nature morte

  • L’ajout d’un troisième élément, ici un essuie, va nous y aider
  • Donner en même temps une dynamique à l’ensemble de notre aquarelle.

» Rapellons :  Qu’il s’agit ici d’une troisième composition, refaite entièrement en reprenant les autres éléments des natures mortes précédentes (oignons tasse et cuillère). «

Prérequis

Pour aborder cet exercice il faut posséder quelques bases sur les techniques de l’aquarelle : 

  • Savoir poser des lavis,
  • Garder des blancs,
  • Connaître la réaction formée par les mélanges de différents pigments.
  • Savoir réaliser les deux premières parties du cours

Mise en page

Dans cette nouvelle composition nous allons ajouter un troisième élément. Celui-ci servira à indiquer la différence entre le plan vertical et horizontal et donner ainsi une profondeur à notre nature morte.

  • L’idéal est de choisir un tissu, un vêtement… Du moment qu’il soit en accord avec le sujet de votre nature morte. En l’occurrence dans notre exemple ce sera un essuie vaisselle.
  • Celui ci sera placé en partie sur le plan horizontal et se laissera tomber pour souligner le plan vertical. Pensez à le placer de façon intéressante avec une harmonie dans les plis et surtout sans trop de complications.

» Conseil : Un tissus avec un motif est plus facile à représenter car le jeu du dessin (ligne, carreau, etc) aide beaucoup dans la réalisation et sont des repères pour le croquis. «

Le croquis

Représentation

Le croquis

Comme précédemment commencez par réaliser un croquis juste ou les proportions entre les divers éléments sont bien respectées.

  • Pour dessiner l’essuie repérez toujours le point le plus haut, le plus bas, le plus à gauche et le plus à droite, et commencez par former le contour général.
  • Choisissez bien sa position pour qu’il ne cache pas de trop les grandes parties des autres éléments.
  • Tracez toute de suite la ligne horizontale qui séparera vos deux plans et qui vous servira aussi de repère dans la représentation de votre essuie.

L'esquisse

Placement du dessin

L'esquisse

  • Sur votre papier aquarelle recopiez votre croquis le plus fidèlement possible.
  • Adaptez celui ci au format de votre feuille et situez le bien en fonction de votre espace.
  • Inutile de recopier tous les détails mais simplement les contours généraux des différents éléments.

Le lavis de base

Réalisez votre lavis

Le lavis de base

  • Commencez à étendre un lavis léger et de valeur égale sur tous les éléments.
  • En ce qui concerne l’essuie un gris léger marquera les zones les moins exposées à la lumière.
  • Comme précédemment gardez bien toutes les zones de blanc.
  • Pensez tout de suite à marquer la différence entre vos deux plans avec un léger coup de pinceau.

» Conseil : Surtout attendez que votre premier lavis soit bien sec avant d’entamer le suivant. «

Un lavis rythmé

Un lavis rythmé

Accentuez les zones de couleurs, en respectant bien le rythme de vos éléments.

  • Le pinceau ira dans le sens du tissus pour peindre les lignes rouges de l’essuie.
  • Tous les espaces creux de celui ci seront toute suite accentués par quelques zones plus foncées afin de bien rendre le relief.

» Conseil : Les lignes ne doivent pas être forcément bien distinctes les unes des autres elles peuvent au contraire se rejoindre à certains endroit. «

Superposition

A cette étape il est important de bien rendre vos contrastes par de petits lavis successifs.

Superposition

  • Insistez sur les parties à foncer et notamment sur le jeux de lignes de l’essuie, n’hésitez pas à employer une couleur assez vive afin de donner de l’énergie à l’ensemble du tissus blanc.
  • Marquez également le plan vertical de la composition,pour ce, mouillez toute la surface qui se trouve en dessous de votre repère de plan et laissez descendre un pigment de valeur foncée.

N’oubliez pas qu’en séchant votre pigment s’éclaircira. Insistez bien sur le mouvement vertical de la coulée

Les contrastes

Terminez en colorant le plan horizontal.

Les contrastes

  • Ici mouillez toute la surface du plan dans le sens horizontal et posez votre lavis avec votre pinceau en respectant toujours ce rythme horizontal.
  • Soulignez quelques détails de votre aquarelle avec un pigment foncé en évitant d’entourer complètement ceux ci.
  • Terminez par quelques traits plus foncés pour cerner certaines parties du sujet.

Dans le prochain exercice nous travaillerons sur la représentation des ombres, de la lumière et sur l’intégration des fonds avec le sujet, pour plus de fantaisie dans l’interprétation et le rendu des ambiances!

La nature morte existait déjà dans la peinture antique avec cette analyse plastique, de Raymond Balestra, d’un effet de profondeur entre deux plans horizontaux ou reposent les fruits sur une fresque de Pompéi.

La suite du cours

Première partie : Les oignons

Deuxième partie : Nature morte deuxieme partie

Quatrième étape : Nature morte finale

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot ucbz ?